Mémoire
We Antica

Vie quotidienne de la montagne.

MEMOIRE AULUS
Lire Plus
Get In Touch
restrictions de libertés
We Antica

Assignation à résidence

de personnes juives
Lire Plus
Get In Touch
Solidarité
We Antica

Solidarité et humanité

Solidarité
Lire Plus
Get In Touch
génocide
We Antica

Rafle et génocide

génocide
Lire Plus
Get In Touch
assignés
We Antica

Les enfants assignés.

enfants
Lire Plus
Get In Touch
passages
We Antica

Évasions et passages

évasions
Lire Plus
Get In Touch
Droits
We Antica

Droits de l'homme et
valeurs de la République

Droits
Lire Plus
Get In Touch

Mémoire et Histoire Vivante

L’association « Mémoire et histoire vivante d’Aulus les Bains » a pour objet, entre autres, d’aménager, gérer et développer un lieu de mémoire à Aulus situé dans l’ancienne école, ouvrir une réflexion sur la mémoire et ses enjeux, développer des activités sportives et culturelles, informer, éduquer tous les publics, plus particulièrement les jeunes sur les thèmes traités.

Le lieu muséal en cours de création prend comme période de référence la période 1939-1945. Les thèmes traités sont en particulier des rappels historiques d’ouverture et de résistance des villageois du XVIème siècle au milieu du XXème siècle, la vie quotidienne des villageois dans les années 1930-1945, l’assignation à résidence de personnes juives, les différents parcours et destins de ces personnes, en particulier l’antisémitisme, les rafles, la déportation, l’extermination et la solution finale du régime nazi, mais aussi les évasions et les passages en Espagne.

EspaceMémoire

L’espace muséal est en projet. Il doit être aménagé au sein de l’ancienne école du village.

TRAVAUX

L’association œuvre à collecter des témoignages, documents historiques et photos. Un livre destiné au grand public est en cours d’édition. Les thèmes abordés dans l’ouvrage sont ceux de l’espace muséal :

  • Rappels historique d’ouverture et de résistance des villageois
  • Le gouvernement de Vichy
  • Les enfants assignés
  • Qui sont les « indésirables » ?
  • Rafle et génocide
  • Vie quotidienne de la montagne et de la vallée
  • Résistance et vallée
  • Solidarité et humanité
  • Droits de l’homme et valeurs de la République

TémoignagesExtraits

Paul Cerf, assigné à Aulus : « Aulus nous apparut dès le premier moment comme un paradis. […] Ce fut incontestablement l’époque la plus sereine de notre vie d’exilés, une étape reposante dans un havre de paix. Je repense à Aulus comme une parenthèse de normalité dans un monde en folie ».

Paul Cerf, assigné à Aulus, au sujet de la rafle du 26 août 1942 :  « Jamais je n’oublierai l’image de ce petit capitaine de gendarmerie ventru, dressé sur ses bottes et criant d’une voix hystérique  :  ‘ Dégagez moi cette racaille  ! ‘  »

Israël Véléris, assigné à Aulus, au sujet de la rafle : « Il y avait un bureau où il y avait un gendarme  ; et c’est là où il m’a giflé et m’a demandé où était ma mère. Il m’a foutu une claque. Voilà….. Et après, ma mère a apparu. […] D’ailleurs ça m’a traumatisé pendant trente ans.   »

Gabriel Souquet Rey, berger ayant aidé spontanément de nombreuses personnes en fuite : « Je buvais au café avec les Allemands jusqu’à minuit et ils ne se doutaient pas qu’ensuite je partais pour la montagne. Je conduisais ces personnes jusqu’à ce qu’elles soient en vue du premier village, Tabescan.» 

Famille Ané d’Aulus : « Mon père avait une grange sur la route actuelle du Col d’Agnes, vers Castelminier. Un jour, il croise un groupe de 12 ou 13 jeunes qui se disputaient. Alors il est allé les cacher dans sa grange, en contrebas, dans le grenier à foin. Il leur a dit de se taire et d’attendre là. Il les a prévenus qu’il y aurait du bruit la nuit, à cause des vaches qui rentreraient, de ne pas s’inquiéter, d’attendre et que quelqu’un viendrait les chercher… »

NousContacter

Question